PronaturA-France : première manifestation «  élevage conservatoire «  à Nogent sur Vernisson - avril 2023


PronaturA-France : première manifestation «  élevage conservatoire «  à Nogent sur Vernisson - avril 2023

Article
Accueil ProNaturA blog
 
| ProNaturA blog | Elevage conservatoire | Protection de la biodiversité  Vu 13048 fois
Article N°27878

PronaturA-France : première manifestation «  élevage conservatoire «  à Nogent sur Vernisson - avril 2023

Nos animaux nous ont tous bien élevés !!!
Bilan de la première journée «  Nos animaux nous élèvent » 
15 avril 2023 , NOGENT SUR VERNISSON (Loiret )

ProNaturA France a organisé le 15 avril 2023 la première Journée «  Nos animaux nous élèvent » à Nogent sur Vernisson. Cet événement était précédé d’un temps de sensibilisation privilégié avec les enfants des écoles, et suivi de l’ Assemblée Générale de la Fédération.
Nous remercions encore M. Philippe MOREAU, Maire de Nogent sur Vernisson, et son équipe, de leur aide et leur présence pour l’organisation de cette manifestation.

 


ProNaturA France réfléchissait depuis son Assemblée générale de 2021 à comment faire admettre la notion d"élevage conservatoire", meilleur terme pour rendre compte du travail de sélection et de défense d'espèces accompli par plus de 8 millions d'amateurs ou professionnels en France. Travail peu reconnu, menacé. Il convenait donc d'organiser une manifestation à cela dédié, ce qui a été fait par l 'équipe de ProNaturA - France. 


1. Déroulé
Jeudi 13 et Vendredi 14  avril: arrivée des exposants et montage des aquariums, volières et enclos.
Vendredi 14 avril 14 h 00 - 17 h : Temps avec les Enfants des écoles ( Petite section à CM2)






Un lapin et un toui céleste à l'ecole : renforcer le lien homme animal 

Samedi 15 avril : 10 h 00 – 18 h 00 ; inauguration et tables rondes en présence des élus et de la Presse. ( Bien traitance, Conservation, Grippe aviaire)
Dimanche 16 avril : 9 H 00 – 12 H 00 : Assemblée Générale . Déjeuner rapide. Puis démontage et rangement.


2. Objectifs
L’objectif était double : une manifestation au format restreint, avec un contenu notionnel fort.

A) Faire comprendre aux politiques l’importance de l ‘élevage dans la sauvegarde de la biodiversité, et l‘urgence de mettre un terme aux effets nocifs de la législation actuelle sur la conservation des espèces, domestiques comme non domestiques.
En cela, l’exposition sans vente d’animaux présentant des difficultés d’élevage ou des particularités a permis de faire passer des messages. D’autant que la salle était très pleine et que les élus ont pu constater l’intérêt de la population pour les animaux et y dialoguer sur place avec leurs électeurs.


Le public venu nombreux en et famille 

B) Organiser dans la foulée une Assemblée générale, qui soit aussi un moment de rencontre, de dialogue et de convivialité. Après deux ans de COVID, cela semblait important.

3. L’Exposition
Différents types d’animaux étaient présents :
  • Poissons : Aquario club de Montereau, KCF , Ass Aquariophile Amateur d' Ivry sur Seine, Haplochromis,
  •  
  • Aviculture : Fédération française de volailles, Club avicole du Gatinais, Club avicole du Gard, Société avicole Angoulême Charente ;
  • Lapin " gris de Touraine " souche ancienne et patrimoniale, présentée par Pierre BARROT pour le CAG
  • Reptiles : Sébastien PATURANCE,
Avec MME BEAUDOUIN, du Conseil Général : explication des traitements à donner à des tortues Sulcata, 
  • Oiseaux : Christelle VIRAPIN et oiseau club du GARD,
  • L'élue du Conseil Régional - à droite - convaincue par le principe de l'exposition immersive par Mario ( calopsitte)
  • Volière de Kakarikis bleus de Christelle VIRAPIN 
 
  • Pour PNA, une bonne partie du Conseil d’Administration était présente, ainsi que des membres du Conseil scientifique.
Et Jacques URBAN, auteur de plusieurs ouvrages (oiseaux et botaniques), éleveur et botaniériste (voir définition sur www.naturoscope.net) nous a fait l’honneur de nous rejoindre. En effet, tout le vivant est concerné y compris les plantes. L’interaction entre animaux et plantes, à travers la notion de biotope, est fondamentale dans notre combat.

JP DIGEARD, JE EGLIN et J. URBAN 
Ont aussi soutenu l’exposition différents professionnels : France volières, Tetra, M. JOUANNEAU, le lycée des Barres, Coeur de fleur, Truffaut et la maquettiste Laura HAUSER que nous remercions pour son beau travail de panneaux d’information très complets.


ProNaturA a fait le choix d’un type d’exposition immersif attestant le respect de l’animal : les sujets sélectionnés étaient présentés dans des espaces élargis, et certains en liberté complète à travers la salle. Ce concept immersif a séduit notamment la conseillère écologiste. Les élus en général ont, par cette visite peu ordinaire, été d’emblée sensibilisés à nos positions avant même d’arriver aux tables rondes. Oui, nos animaux nos élèvent : ils sont nos meilleurs ambassadeurs. 


Le député du Loiret convaincu ! 

4. Les tables rondes
Les thèmes des tables rondes suivaient le cap que tient ProNaturA depuis sa fondation en 2002 :



A) Bien traitance (10 h 30 -12 h 15 )
Face à la propagande animaliste qui tend à montrer l’éleveur comme un exploiteur de l’animal, nous avons tenu à commencer par rappeler que l’éleveur est en général bien traitant.
Le professeur Jean-Pierre DIGARD, Directeur de recherches au CNRS, ancien vice Président de PNA, venait dédicacer son dernier livre L’animalisme est il un anti humanisme ?. Il a présidé cette table ronde à laquelle ont participé, outre le Maire M. MOREAU, M. Eric DOUMAS, Président du Mouvement de la ruralité, Mme Magali SANTREUIL, élue écologiste représentant le Président de la Région Centre, Madame Marie-Laure BEAUDOUIN, Conseillère départementale, de nombreux éleveurs. Il a tenu à recadrer le débat d’emblée : il fallait récuser le terme de "bien être animal" couramment utilisé. L’animal ne pouvant parler, ce terme n'avait pas de sens, non plus que celui de "maltraitance" ; la bien traitance, en revanche, était mesurable. Les débats ont tendu à définir ce que pouvait être une bien traitance selon les espèces, puisque différents types étaient représentés et visibles à l’exposition.



Christelle VIRAPIN et ses perruches BARRABAND et Kakariki en grande volière attestait la préoccupation constante ds éleveurs pour respecter les besoins essentiels des animaux ( les cinq libertés). 

Le débat s’est poursuivi pendant le déjeuner pris en commun.


B) Conservation (14 h – 15 h 30 )
Pour le projet de loi que ProNAturA souhaite présenter, il est nécessaire de bien ancrer dans l’esprit des politiques que l’élevage a une visée conservatoire : Présidée par Jean Emmanuel EGLIN, Fondateur et Vice Président de Pro NaturA France, cette table ronde a inclus, outre M. MOREAU, M. NERAUD, Vice-Président du Département et en charge du Territoire, le député Thomas MENAGE .


M. Thomas MENAGE comprend la question de l'elevage conservatoire : le lapin chèvre est très convaincant. 
Le débat a été très animé : les élus sont arrivés avec une idée très vague de ce qu'était notre type d’élevage.
J.E. EGLIN a expliqué la distinction entre animaux domestiques et non domestiques en insistant sur le fait que le terme de "sauvage" était inapproprié et dommageable juridiquement. L’ensemble des participants (une trentaine) a insisté sur l‘inadéquation de la législation, nocive dans les faits à la conservation des espèces, domestiques ou non.
De nombreux exemples in vivo ont été donnés et notamment une présentation d’animaux actuellementéteints dans la nature, sauvés par l’élevage (merci à Samuel BLOIS). Nous avons notamment insisté sur la perte future imminente d’espèces patrimoniales (merci à Agnès BILLIERE , Thierry GAUSQUERE et au Club de Charente pour le prêt d’une superbe femelle Lapin chèvre qui a illustré notre propos sur la Table ronde) .


C) Grippe aviaire
Alexis KIERS, vétérinaire aviaire depuis plus de dix ans, expert français actuel de la maladie, et membre du Conseil scientifique de PNA, a exposé la situation actuelle. Les élus ont été très attentifs car la région était très touchée.
Ils ont appris que la vaccination devrait être disponible cet automne mais d’abord pour les canards, puis les poules et que cela serait accompagné d’un protocole très strict. Il n‘était pas certain toutefois que les éleveurs amateurs puissent en bénéficier. Or il est essentiel qu’ils y aient accès pour d’abord éviter des abattages et parce que le système des expositions est fondamental pour l’élevage : échange de patrimoine génétique et retombées économiques régionales. Les participants ont insisté sur l’inefficacité des mesures d'abattages, cruelles et inutiles. Des exemples choquants ont été cités (faisans du Vietnam notamment) et différentes solutions ont été proposées.





Le DR Alexis Kiers qui mène le travail sur la grippe aviaire avec DGAL, Ministère et laboratoires. Avec MME VIRAPIN ( oiseau club ) et les membres du Club avicole venus en voisins.

5. Bilan
Nous estimons avoir atteint nos objectifs :
  • l’opération aux écoles a permis de faire passer des messages aux plus jeunes et à l’équipe enseignante qui souhaite continuer. Des documents pédagogiques ont été transmis en amont et en aval ("Cahiers de Jacotte", notamment, merci à Eric BLANCHOT ! ) Un cahier de jeu avec questionnaire avait été proposé aux jeunes visiteurs, dont certains ont remporté un prix.
  • L’exposition a eu du succès : beaucoup de visiteurs, en famille, qui sont restés longtemps et ont posé beaucoup de questions.
  • Les éleveurs participants ou venus visiter, ont eux même découvert l’étendue des menaces actuelles : nous avons constaté l’importance de telles réunions car bien souvent les éleveurs eux mêmes n’imaginent pas les difficultés auxquelles l’équipe de PNA est confrontée dans sa lutte contre les restrictions à la détention d’animaux. Et nous regrettons que les informations transmises aux différentes structures les regroupant ne parviennent pas toujours à tous les concernés.
  • Les politiques ont écouté : de l‘aveu d’un d’entre eux : je n’avais aucune idée de ces questions autour des animaux : cela fait réfléchir.


En tous cas, nous avons obtenu :
  • une promesse de soutien du Député pour un projet de loi de défense de l’élevage : mais avec le conseil de proposer un texte transpartisan. Des noms nous ont été donnés par différents élus aussi, et nous avons échangé des coordonnées.
  • une promesse de soutien auprès du Ministre de l’Agriculture pour obtenir l’autorisation de vacciner contre la grippe aviaire, et éventuellement évoquer l‘importance des expositions pour le tissu rural et associatif.

Nous avons constaté que le sérieux de nos arguments, juridiques comme scientifiques, ont convaincu des personnes qui au départ ne l’étaient pas et découvraient généralement nos sujets et inquiétudes.
Il reste à faire fructifier ce travail en recontactant ces personnalités afin de les informer de la progression des différentes situations :
  • projet de loi de défense de l‘élevage (en tant que garant de la protection de notre biodiversité)
  • arrêtés de mise à jour des espèces domestiques et non domestiques
  • arrêté sur la grippe aviaire
  • procédures et conditions de vaccination.


Nous vous tiendrons informés des développements sur ces axes de travail, qui sont notre priorité depuis février 2022.


Conclusion
Ce temps d’échange et de travail a été très productif. Les retombées en sont donc positives même si nous savons qu’il reste beaucoup à faire. En tous cas, cela a aussi été un moment important pour notre équipe, puisque c‘était une première, que nous avons menée dans un délai court. Les instants partagés, autour desrepas entre le jeudi et le dimanche, mais aussi de balayages, ont été l’occasion de partages conviviaux entre adhérents, et avec nos visiteurs que nous avons tous appréciés. Après des années de virtuel, cela nous a fait du bien, à tous.
Merci à tous ceux qui, par leur travail ou leur présence, et leur esprit constructif et ouvert, ont rendu cela possible.


NB : merci à tous d’avoir fait le déplacement en prenant sur leur temps libre, d’autant que PNA investit tous ses moyens dans l‘action juridique pour protéger les éleveurs et que chacun des administrateurs et participant a réglé ses factures.


La fin de l'Assemblée générale sur une note festive. 

Nous réitererons autant que possible ce type d'action dans différentes régions afin de faire comprendre le travail des éleveurs dans tout les territoires. N' hésitez pas à nous inviter dans votre Région!
Prochaine étape : Limoges, en marge de la Nationale FFV en octobre 2023. 
 
Pour le CA de ProNaturA – France
Sarah AUSSEIL




 

sarah AUSSEIL

Lien :?

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant
rechercher un article, une vidéo...