GARD (30) - Qui veut la peau de l'élevage amateur de volaille  ?  Non aux diktats européens !


GARD (30) - Qui veut la peau de l'élevage amateur de volaille ? Non aux diktats européens !

Article
Accueil ProNaturA
 
| ProNaturA | Viande synthétique | Elevage et malbouffe  Vu 11689 fois
Article N°26464

GARD (30) - Qui veut la peau de l'élevage amateur de volaille ? Non aux diktats européens !

La dernière de l ‘Union : interdire l’ elevage de poules !!!
Depuis les débuts de l' histoire de l' humanité, l 'homme aime à avoir quelques poules et coqs dans son jardin et les laisser élever quelques poussins...avec le temps, c ' est devenu une passion. Plus de 20 000 personnes en France gravitent autour de la Fédération Française de volailles, qui réunit des férus de génétique et de sélection. Organisée en maillage par  département ( presque chaque département a son club ) et en clubs de race ( Géline de Touraine, Club des Pékins, Brahma Club etc etc) , la Fédération régale le public d' expositions de volailles de toutes plumes.   Plus de 44 races françaises, environ 400 (avec les belles étrangères) sur notre territoire, c' est une magnifique biodiversité qu 'entretiennent ces passionnés à qui leur loisir de sélection génétique coûte bien plus qu'elle ne rapporte. 

Cependant cette activité a été bien mise à mal par la grippe aviaire. COVID des poules qui les maintient confinées. Des épisodes de plus en plus rudes depuis 2007. Avec pour effet 
- La fin des expositions avicoles  : le public s ' en émeut. Encore ce week end aux JJMS de Nimes, la question revenait. Il y avait bien des lapins, des pigeons, des cobayes. Mais les poules ? Où sont les poules ?  
- Des morts : ces volailles de pure race sont des stars : il leur faut leur picorage, leur balade. Enfermées , elles meurent..s 'entretuent. Meurent de confinement. 
- Des situations difficiles : les petits élevages en plein air  ont le choix entre le mensonge : la boîte à oeufs dit " élevés en plein air" mais ils doivent les enfermer. Contre les lois sur la maltraitance, soit dit en passant Ou la rébellion : les volailles restent dehors au mépris de la loi. Avec des conséquences possibles. 



Poussins de deux  mois en liberté.


On enregistre déja plus de 61 % d' éleveurs en moins qui ont jeté l' éponge   : avec eux disparaissent, à chaque arrêt, des variétés uniques, sauvées une première fois autour de  1970, mais qui menacent de disparaitre ...Crèvecoeur , Pictave, Géline ...ne seront peut etre plus que des noms. Imagine- t -on les poules des tables des Rois, disparues?  



Poule Pékin porcelaine rouge : issue des poules géantes des Empereurs de Chine, cette variété de couleur n'est plus présente  que chez deux éleveurs en France. 

Mais obtenir un vaccin contre la grippe aviaire constitue un parcours du Combattant : il est réservé aux zoos. Pas aux volailles de jardin. Et entre temps, les petits élevages perdent des sujets. Le poulet se fait rare. Le prix de la viande augmente , comme celui des oeufs. 

Là dessus, en pleine crise de l 'élevage,  voilà que L'Union européenne envisage une mesure visant tout simplement à  détruire ce patrimoine vivant !
http://ec.europa.eu/.../bet.../initiatives/isc-2021-11813_en

Et cela contre  l'Agence fédérale de l'alimentation, très opposée à ce qui est en jeu. Et malgré tous les Plan de protection des espèces et les protestations diverses de l'Union  pour la " planète" et la " biodiversité."
L ' idée est d' obliger chaque propriétaire de volaille à s'enregistrer, ce qui entraînera des charges et des coûts administratifs. La raison de ce règlement draconien ?
Personne ne sait.
Agacer encore plus des citoyens épuisés par deux ans de COVID, que les poules adoptées ont contribué  souvent à apaiser pendant les confinements ?
Taxer les quelques échanges lors des expositions qui auraient échappé au fisc? Alors que cet élevage est nettement déficitaire ?
Tentative futile de protéger la production de masse contre la transmission du virus ? Alors qu ' il est prouvé que la contamination s' effectue à 95 % dans les grands élevages ( plus de 1 000 volailles ) en raison d' une grande circulation d 'humains : soigneurs, véterinaires, membres de coopératives qui emmènent ce virus sur eux... Alors que le petit élevage, souvent autarcique, protège mieux ses sujets.
 
Si cette règlementation est imposée, elle causera d'énormes dégâts à cet élevage patrimonial à vocation conservatoire : procédures administratives et coûts élevés d 'enregistrement  vont encore décourager  de nombreux éleveurs que le "le Living Heritage Support Point " européen essaie de motiver  depuis plus de 30 ans.

La Commission présente maintenant son plan aux citoyens européens :  la seule façon dont nous pouvons exprimer notre mécontentement est de répondre massivement via le lien européen suivant  jusqu'au VENDREDI 20/05/2022 : http://ec.europa.eu/.../bet.../initiatives/isc-2021-11813_en.

Vous croyiez que posséder quelques poules dans votre jardin faisait partie des Droits de  l' Homme ? Eh bien non. A moins de se mobiliser très vite, ce sera impossible, ou il faudra encore remplir un fatras de documents européens pour ce faire. 

Halte à ces mesures aberrantes qui conduisent à la perte des "parentaux" , comme à un désastre en terme d 'autonomie alimentaire. . Un peu de bon sens ! 

ProNaturA se tiendra aux côtés des éleveurs français comme européens pour les soutenir contre les décisions de l 'Union quand elles se révèlent, comme celle-ci,  intrinsèquement contradictoires entre elles, et nocives in fine à la biodiversité française comme européenne. 

sarah AUSSEIL

Lien :https://sarah-ausseil-2022.smartrezo.com

  • 1
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant
rechercher un article, une vidéo...